BangBang : bangbangblog.com

Prends ma femme par exemple

Échofête et les Irréductibles Pistolois

julinthesky
4 juillet 2010

Inauguré dans le but de prouver à tout le monde qu’un festival environnemental allait rapporter plus d’argent à la région qu’un projet de barrage de 3,5 méga watts sur la rivière Trois-Pistoles, et pour avoir les moyens de bien informer la population afin de contrer de futures attaques de gestionnaires ambitieux et sans scrupules, Échofête fête cette année ses 8e ans et remporte une troisième victoire pour sauver la Rivière Trois-Pistoles.  Grace à la participation d’une grande partie de la population et des nerfs d’acier quelques militants super-organisés, Échofête est une réussite totale à chaque année.

C’est de la faute aux Pistolois si je suis toujours aussi insatisfaite quand je vais voir des shows à Montréal.  Parce qu’il n’y a pas que le band qui fait une bonne ou une mauvaise soirée.  On doit aussi compter sur une bonne organisation, une ambiance à tout casser, un minimum de savoir vivre sans aucune retenue pour le plaisir.  Et ça, à Trois-Pistoles, on a le parfait dosage pour une recette inoubliable à répéter année après année.

Admirez mon air satisfait pendant le show des Breastfeeders en 2008

Mis à part l’an dernier, le dimanche soir qu’on aime qualifier «pour les baby-boomers», le show d’Yann Perreau en première partie de Paul Piché avait vallu aux valeureuses danseuses (parce que je dois admettre qu’il y avait très peu de danseurs en avant du stage…) quelques regards qui tuent de la part de ces dits baby-boomers confortablement assis sur leurs chaises pliantes (c’est le seul soir où vous en verrez, promis!).  Mais sinon gang, je vous jure que de l’ambiance de même, on voit pas ça souvent.  Quand je vous dis que ça body-surfe sur de la musique du monde, c’est même pas des farces!

Le festival démarre en trombe le mercredi soir à La Forge à Bérubé, avec généralement un band local qui va surtout attirer du monde local ainsi que pas mal toute la clique d’étudiant(E)s en immersion française débarqué(E)s à Trois-Pistoles pour l’été, sans parents, sans attache et en chaleur (elles sont d’ailleurs un excellent attrait favorisant le retour au bercail estival de nombreux Pistolois de souche exodés dans la gran’ville le reste de l’année).  Petite salle, beaucoup de gens su l’party, une soirée qui rock assez qu’on devrait naturellement être su l’cul pour les 4 autres jours qui s’en viennent… mais NON.  Rien n’arrête les Pistolois.  Sauf peut-être parfois le Ti-Punch Traître à Dany…

Un des hommes à tout faire du festival : du montage de chapiteaux à la paperasse... du ti-punch traitre à la sécurité, c'te face là a beaucoup d'heures de sommeil à rattraper!

Du jeudi au dimanche, c’est dans un grand chapiteau qu’ont lieu les autres soirées qui vont attirer maintenant des gens de pas mal partout, même de Montréal, oui oui!  Le site n’est pas très grand, en fait il est juste parfait et situé  au bord du fleuve de façon à se qu’on puisse admirer les fameux couchers de soleil du bas-du-fleuve dont on entend tant parler. Des écarts de pression ou de température dues aux marées nous auront surpris plus d’une fois (changement de près de 10 degrés dans le temps de l’dire, de l’orage intense au gros soleil, ou inversement…), mais beau temps, mauvais temps, le chapiteau sera plein à craquer de monde en feu.

Après les shows, on montera la côte pour continuer la fiesta au Bellevue (le bar) et vers 3h, on se splittera en petite gang pour atterir dans des afters chez du monde, ou à la grève Rioux, mais ça faut pas le dire… on n’est pas supposé être là à cette heure là…  Mais en bref, on ne dort pas beaucoup.

Non parce que dans la journée, il y a tout plein d’autres activités prévues pour tout le monde : randonnées éco-touristiques, atelier divers (yoga, massage, bouffe santé, brico-récup, name it), des spectacles pour enfants, des conférences, des kiosques d’artisans…  et tant qu’à avoir payé 25$ pour assister aux 4 jours de show, aussi ben faire fructifier ça en allant s’enrichir éco-culturellement! On aura toute l’année pour rattraper le sommeil manqué…

Dès les premières éditions d’Échofête, je me souviens que ça fantasmait à l’idée d’avoir les Cowboys Fringants dans la programmation.  Mais ils étaient hors de prix…  J’ignore si c’est le festival qui a gagné en notoriété ou si c’est les Cowboys qui ont perdu des plumes à la bourse musicale québécoise, mais ils seront de la partie cette année, avec Misteur Valaire, Ivy, Kodiak, La loi des Cactus, Vulgaires Machins, Kamikazi, Exterio and more.  La programmation complète est disponible juste ici. Ça se passe toujours le dernier weekend de juillet, pendant les vacances de la construction, soit du 28 juillet au 1er août pour cette année.

Tout plein de photos des éditions passées à voir juste ici, ou en cliquant sur les photos

*************************************************************

ÇA VOUS INTÉRESSE? VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS? Ok d’abord…

*************************************************************

Groupe FB Oui à la sauvegarde de la rivière Trois-Pistoles, pour ceux qui auraient besoin d’apprendre comment faire pour résister à l’envahisseur…

Groupe FB Échofête, Festival environnemental

Site web de Échofête

Quelques bénévoles en sueur

Et même si ça ne fait pas très ÉCO… vous ne pouvez pas passer par Trois-Pistoles sans aller vous bourrer la face à la Cantine D’Amours.  Spécialité : Cheese Complet, avec une poutine… Vous allez devenir accro! Même les végétariens peuvent pas y résister!!  C’est d’ailleurs le meilleur remède que je connaisse contre la gueule de bois!  La Cantine a aussi sa Fan Page Facebook qui compte plus de 1200 fans (c’est presqu’autant que d’habitants de Trois Pistoles ça…!).

Déjeuner, diner, souper... «Cantine d'Amours pour Toujours!»

4 commentaires

RUBRIQUES

Omni-Julie

Blogs